Technique de la chaîne – Manutention

Les différents types de chaînes de manutention

Comme toutes les chaînes, les chaînes de manutention se composent d’articulations formées d’axes et douilles reliées par des plaques. Elles se distinguent essentiellement par leur possibilité de recevoir divers moyens de fixation d’accessoires adaptés au mode de manutention utilisé et à la nature de la charge à déplacer. Leur pas, généralement important, n’est pas une caractéristique univoque mais peut être choisi dans une large gamme.

Chaînes de manutention de norme ISO

Chaînes de base

Les chaînes SEDIS sont conformes à la norme ISO 1977. Cette gamme est basée sur la résistance minimale à la traction, le pas, le type d’axe et de rouleau et les particularités des plaques. Ces diverses caractéristiques entrent dans leur désignation.

– La résistance minimale à la traction s’échelonne, selon une série basée sur les nombres normaux, de 20 à 900 kN

– Les axes de ces chaînes sont généralement pleins, mais ils peuvent être creux destinés à la fixation d’accessoires ou d’entretoises reliant deux chaînes travaillant en parallèle.

– Le pas est à choisir selon les conditions d’utilisation, le genre de produit à transporter, la fréquence des accessoires, la place disponible, etc. Toutes les valeurs de pas établies également selon une série normale, ne sont pas réalisables. Des pas à des valeurs intermédiaires ou des pas en pouces peuvent être réalisés.

Attaches G à un ou plusieurs trous qui forment un plan de fixation parallèle aux plaques.
Attaches F qui forment un plan de fixation perpendiculaire aux plaques.
Attaches K à un ou plusieurs trous qui forment un plan de fixation perpendiculaire aux plaques avec chois de trois valeurs d’entraxe de trous (K2 à entraxe court, moyen et long), la largeur des attaches variant en conséquence. Ces attaches sont réalisables sur les maillons intérieurs, extérieurs, d’un côté ou des deux, selon une fréquence et une disposition à préciser à la commande.
Attaches spéciales peuvent être réalisées sur demande pour des quantités suffisantes.

Ces chaînes de base peuvent être :

► à douilles, pour des vitesses lentes (transporteurs, alimentateurs, racleurs)  et dans certains cas précis où les accessoires de la chaîne sont porteurs, la chaîne devant essentiellement un organe de traction.

►à rouleaux dans des élévateurs où la vitesse de la chaîne est plus élevée et provoque des chocs à l’engrènement. Les rouleaux, en acier cémenté trempé ou autre traitement, protègent les douilles et évitent l’usure de la denture.

► à galets (rouleaux ayant un diamètre supérieur à la hauteur des plaques). Ils permettent à la chaîne de rouler sur une surface plane. Les galets peuvent être droits ou épaulés pour assurer un guidage latéral. Les galets droits ou épaulés sont fabriqués en acier traité.

Chaînes à douilles
Chaînes à rouleaux
Chaînes à galets

Maillons de jonction

Il existe trois types de maillons de jonction :

à écrous auto-freinés : les deux axes sont rivés sur une plaque à une de leurs extrémités, l’autre extrémité recevant une plaque de jonction immobilisée par des écrous auto-freinés.

 

à axes goupillés où la plaque de jonction est immobilisée par des goupilles afin de faciliter leur démontage. Pour certaines applications, nous pouvons livrer des chaînes avec des maillons extérieurs goupillés d’un côté.

 

à axes rivés où la plaque de jonction est immobilisée par un rivetage des axes après montage de la plaque.

Maillons de jonctions manutention

Désignation

Les chaînes de manutention ISO à axes pleins sont désignées par la lettre M. Les chaînes à axes creux sont désignées par les lettres MC, celles à plaques déportées par les lettres MD, suivies des indications suivantes :

►leur résistance minimale à la traction exprimée en kN

►une lettre indiquant le type de chaîne :

B pour les chaînes à douilles
S pour les chaînes à rouleaux
P pour les chaînes à galets droits traités
F pour les chaînes à galets épaulés traités

►un nombre correspondant à leur pas (en mm)

Exemple : La chaîne M 160-F-200 est une chaîne de manutention normalisée à axes pleins, ayant une résistance minimale à la traction de 160 kN, des galets épaulés et un pas de 200mm.

Les plaques à trous sont à définir en clair sur la commande : intérieures, extérieures, nombre de trous, disposition et fréquence de ces plaques sur la chaîne.

Chaînes de manutention de norme BS

Ces chaînes ont été conçues selon la norme Anglaise (BS 4116) en termes de résistance à la traction et de dimensions.

Leur désignation est similaire à la gamme de manutention ISO. Chaque chaîne dispose des attaches suivantes :

Plaques percées, plaques déportées, attaches K, racloirs et axes creux

Chaînes BS – Norme Usine : Tes dimensions et les pas sont métriques
Chaînes BS – Norme Anglaise : Les dimensions et les pas sont impériaux

Chaînes de manutention série française

La particularité des chaînes série Française repose sur leur articulation (axe/douille) qui permet aux chaînes de supporter les à-coups et les chocs parfois inévitables. Il existe trois séries de chaînes (légères, normales et haute résistance).

Les chaînes haute résistance (plaques traitées) sont utilisées pour des applications difficiles (efforts élevés, transport de produits abrasifs,…).

Les accessoires de chaînes de manutention série Française sont : attaches K, M, G et F.

Chaînes à blocs

Les chaînes à blocs présentent une résistance à la traction élevée sous un faible encombrement. Elles sont utilisées pour la manutention de corps lourds, abrasifs ou lorsque des chocs violents sont prévus (banc d’étirage par exemple).

Afin d’augmenter la durée de vie de la chaîne (meilleure résistance à l’usure), les blocs sont parfois bagués.

Schéma manutention chaînes à blocs

Chaînes Galle

Les chaînes Galle sont composées de mailles (ou de plaques) droites ou évidées et d’axes épaulés. Les épaulement des axes maintiennent l’écartement entre les plaques et permettent l’engrènement sur le pignon. Les chaînes sont dites à simples, doubles ou triples mailles suivant la résistance à la traction souhaitée.

Schéma chaînes Galle

Les chaînes Galle peuvent transmettre des efforts variant de quelques centaines de Newton à plus de mille kilo Newtons, la vitesse quant à elle ne doit pas excéder 20m/mn.

Les chaînes Galle sont utilisées pour des transmissions à faible vitesse (banc d’étirage) ou pour assurer des mouvements de va-et-vient (monte-charge, vannes de barrage,…).

Roues & Pignons

Les roues utilisées avec les chaînes de manutention sont en acier mécano-soudé ou en fonte.

Les dentures sont normalement brutes de fonderie ou d’oxycoupage mais, sur demande, elles peuvent être livrées avec une denture taillée, ce qui est impératif lorsqu’on utilise des chaînes à douilles.

Les moyeux sont déportés par rapport au plan de denture sauf spécification particulière précisant un moyeu symétrique. Les roues peuvent êtres fournies alésées et rainurées. Dans le cas de clavette à pente sur moyeu déporté, l’entrée de la clavette est prévue côté denture sauf indication contraire.

Nombre de dents et dimensions :

Les tableaux de données dimensionnelles précisent les nombres de dents réalisés couramment. Mais, sur demande, nous pouvons fournir des roues ayant un nombre de dents différent. Ces tableaux donnent également les principales dimensions des roues pour les pas les plus courants  :

Diamètre primitif Dp et diamètre extérieur De,
Diamètre de moyeu Dm et sa largeur L,
Côte a : position du plan de la denture des roues à moyeu déporté,
Largeur de denture normale et pour galets épaulés
Diamètre mini d et maxi D d’alésage
Poids approximatif

b45e1dcdd5616218cbc7d9b9b655f4bf]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]